Alors voilà, Baptiste Beaulieu

Alors voilà : les 1001 vies des urgences, Baptiste Beaulieu, Le Livre de Poche , 2015, 312 pages, 7,10 Euros

Synopsis

Des Urgences du rez-de-chaussée aux soins palliatifs du cinquième étage, voilà la vie d’un jeune interne qui déteste commencer sa journée par une tentative de suicide.
Une patiente en stade terminal s’impatiente : son fils est bloqué à Reykjavik à cause d’un volcan en éruption. Pour lui laisser le temps d’arriver, l’apprenti médecin se fait conteur. Se nourrissant de situations bien réelles, Baptiste Beaulieu passe l’hôpital au scanner. Il peint avec légèreté et humour les chefs autoritaires, les infirmières au grand coeur, les internes gaffeurs, les consultations qui s’enchainent, les incroyables rencontres avec les patients…
Par ses histoires d’une sensibilité folle, touchantes et drôles, il restitue tout le petit théâtre de la comédie humaine.

Mon avis

Alors voilà est, avant d’être un livre, le blog d’un interne en médecine racontant des tranches de vie hospitalières vécus par patients, médecins, infirmiers, aides-soignants, chirurgiens, grands professeurs et finalement par toute l’équipe médicale et para-médicale.  Pour tout vous avouer j’avais eu vent du blog mais je ne m’y étais jamais attardé. Parce que des histoires d’hôpital on en a tous (moi la première y travaillant). Depuis la lecture du livre, j’ai changé d’avis sur le blog, je le découvre, le déguste et adore l’écriture de Baptiste Beaulieu.

Alors voilà, la couverture

Alors voilà, par Baptiste Beaulieu

Le livre est une véritable bouffée d’oxygène. J’avais un peu peur que cette lecture ne soit pas une lecture détente, de trop me sentir au travail, mais en fait ce fut tout le contraire. Je m’y suis complètement retrouvée en tant qu’infirmière, j’ai retrouvé l’ambiance de l’hôpital et tout son lot de soignants. J’avais comme l’impression d’être dans la salle d’attente des Urgences ou dans un service quelconque balayant les couloirs. J’ai tantôt retrouvé des situations drôles, tristes, bizarres, toutes ces anecdotes qui ponctuent la vie de l’hôpital, qui représente à lui seul une mini société. À chaque fois que je riais, mon chéri me demandait de lui raconter le passage, à la fin je lui ai donc conseillé de le lire (il ne l’a pas encore fait, mais je suis sûre qu’il pourrait apprécier). J’ai adoré le fait que l’auteur donne des surnoms aux soignants (cela permet de garder l’anonymat, … ). Le récit se déroule sur sept jours mais en lisant on a l’impression que ce la dure plus longtemps, tant le défilé de patients en intense. La lecture est rapide,  du fait qu’elle soit découpée chronologiquement au long de la journée, et parce que finalement tout le monde peut se retrouve dans ses petites tranches de vie hospitalière. Il dédramatise l’hôpital et l’humanise un peu plus.

Un livre à consommer sans modération, à lire et relire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *